03Juin

J’achète mon mémoire de fin d’études : Immoral ?

Suite à quelques-unes de nos publicités qui circulent actuellement sur la toile, certains nous ont posé, à juste titre, la question de la moralité de notre proposition d’accompagnement à la rédaction de travaux de fin d’études des étudiants : mémoires, thèses, rapport de stage, etc.

Retour et explications donc sur cette prestation plutôt clivante au sein de l’opinion, mais que nous assumons parfaitement.

L’aide à la rédaction : Une pratique récente ?

Les services d’aide rédactionnelle existent depuis plus longtemps qu’on ne le pense, à commencer par Molière lui-même qui n’écrivait pas certains de ses ouvrages, préférant en confier la rédaction à Corneille, son écrivain attitré.

Dans la lignée de Corneille, est apparu le métier de Ghostwriter ou écrivain fantôme, dont les services sont très régulièrement utilisés par nos politiques et hommes publics pour la rédaction de leurs écrits, livres, parutions, etc.

Acad Write, une société allemande maintenant internationalement reconnue, fait d’ailleurs la part belle aux ghostwriters et décomplexe complètement le recours à cette profession.
Du côté de nos amis britanniques, on peut également citer la non moins célèbre Author Bridge Media.

Est-il anormal de faire appel à un coaching pour la rédaction de son mémoire de fin d’études ?

À notre sens, au risque de donner une réponse partisane ; bien évidemment, non.

Dans de nombreux pays, les anglo-saxons en tête, il est devenu tout à fait naturel de recourir aux services d’un spécialiste de son domaine de formation, pour la rédaction, la correction, ou la réécriture de son mémoire de fin d’études.

Les universités de nombreux pays saxons considèrent en fait que le mémoire de fin d’études ne reflète pas vraiment la maîtrise des connaissances qu’a pu acquérir l’étudiant pendant son cursus.
Ils partent du principe qu’un mémoire de fin d’études permet simplement d’affûter des connaissances plus transversales (prendre des notes, mener un entretien, argumenter, faire des recherches, dresser une bibliographie …) ; ces connaissances étant plus ou moins déjà apprises et évaluées via les autres modules de formation des étudiants.

C’est cet écart entre la plus-value réelle apportée par la rédaction d’un mémoire et les prérequis nécessaires à la validation d’une formation, qui a conduit ces universités à être beaucoup plus tolérantes envers les étudiants qui ont recours à une aide rédactionnelle pour leur mémoire de fin d’études.

Même si les mœurs commencent à évoluer en la matière, les étudiants français approchent ce type d’aide rédactionnelle par le terrain de l’éthique ou de la morale, contrairement à leurs homologues d’outre manche qui considèrent devoir tout simplement combler une lacune par le recours à une aide assimilable pour eux à du soutien scolaire.

Si l’apport de l’exercice du mémoire est si relatif, pourquoi nous l’impose t-on ?

Bonne question.

Il est ici utile de noter qu’en pratique, les directeurs de mémoires et autres encadrants ne semblent pas donner à la rédaction du mémoire de fin d’études, une importance aussi capitale que cela.

Le constat en la matière est accablant puisque nombre d’étudiants rapportent que leurs encadrants semblent totalement se désintéresser du suivi rédactionnel de leurs mémoires.
Les encadrants sont tellement absents que beaucoup d’étudiants sont totalement livrés à eux-mêmes.

Question ouverte : peut-on déduire du manque d’accompagnement des professeurs à cet exercice rédactionnel, un apport finalement très mineure de la rédaction du mémoire, dans la maîtrise des connaissances de telle ou telle formation diplômante ?

Se faire accompagner pour la rédaction de son mémoire, dispense-t-il l’étudiant de la maîtrise de son sujet ?

Certainement pas ; ne serait-ce que pour la soutenance de son mémoire qui lui impose une maîtrise parfaite de sa problématique sous peine de se voir sanctionner sur sa note globale.

Lorsque nos intervenants prennent en charge un coaching rédactionnel de mémoire de fin d’études, ils s’assurent que l’étudiant intègre bien toutes les notions et spécificités de sa problématique.
Cela passe par une forme de co-rédaction permanente entre l’étudiant et l’équipe de rédaction qui lui est dédiée, c’est-à-dire que nos intervenants font des propositions régulières à l’étudiant qui est libre de les accepter, de les refuser, de les réorienter, de faire des suggestions, etc.
Cette co-production du mémoire va permettre à l’étudiant, de participer à sa rédaction, page par page, mot par mot, de sorte qu’à la fin de son accompagnement, il soit parfaitement capable de parler de son sujet avec toute la pertinence qui sied.

Notre accompagnement va aussi permettre à l’étudiant d’avoir une excellente maîtrise de ses sources.
Les contenus bibliographiques que nous proposerons seront ainsi validés ou non par ses soins, en fonction des objectifs et du vernis qu’il souhaite apporter à ses développements.
L’étudiant peut également choisir de sélectionner sa propre bibliographie, même si nos intervenants vont l’aider à juger de la pertinence ou non de celle-ci pour la problématique choisie.

Enfin, une fois la période de coaching rédactionnel terminée, si l’étudiant a encore des menus points d’incompréhension, nos intervenants sont là pour lui apporter toutes les précisions qu’il souhaite.

On aura compris que si nos intervenants n’inscrivent pas leur soutien rédactionnel dans une démarche en permanence collaborative, nos prestations restent parfaitement inutiles puisque ne pouvant pas aider l’étudiant à véritablement avoir une connaissance approfondie de son sujet.

Pourquoi alors proposer des délais de coaching rédactionnels en 7 jours et même en 3 jours ?!

C’est ce que nous nous plaisons à appeler un coaching rédactionnel d’urgence.

Certains étudiants ont en effet recours à nos services à la toute dernière minute.
Dans ce cas, notre coaching ne s’opérera pas de la même manière que si l’étudiant avait tout son temps devant lui.

Il s’agira surtout d’aller à l’ultra-essentiel, tout en lui permettant de maîtriser rapidement les points-clés de sa problématique.
Certains de nos intervenants sont particulièrement spécialisés dans les rédactions d’urgence et ont développé des méthodes de rédaction très efficaces que nous mettons à la disposition de nos étudiants.

Bien entendu, pour qu’un coaching d’urgence soit efficace, nous mettons à disposition un nombre considérable d’intervenants.
À titre d’exemple, un mémoire de 70 pages devant être rédigé en 3 jours sera coaché par une équipe d’au moins 13 intervenants spécialisés.

Qu’en est-il de votre slogan publicitaire : Achète ton mémoire de fin d’études !

Pour qu’une publicité fonctionne, imprime et suscite une notoriété de votre service, beaucoup de spécialistes estiment qu’elle doit interpeller et même choquer.

C’est dans cette démarche publicitaire plutôt osée que nous avons choisi de nous inscrire en adoptant des slogans ou des phrases de type “Achète ton mémoire de fin d’études !” ou encore “Vous n’aurez strictement rien à faire !”.

Cela a d’ailleurs parfaitement fonctionné puisque nos services destinés aux étudiants se sont fortement popularisés en très peu de temps, du fait des réactions épidermiques qu’ont suscitées nos slogans publicitaires.

Nous sommes certains que le présent article ne sera pas perçu de la même manière par tout le monde, mais le but était de clarifier la nature de nos prestations tout en assumant notre positionnement entrepreneurial en la matière.

Pour finir…

Sans vouloir absolument faire la promotion de nos services rédactionnels, nous pensons sincèrement qu’un étudiant gagnerait à, au minimum, solliciter soit une correction-relecture de son mémoire, soit une réécriture de celui-ci, prestations différentes du coaching rédactionnel déjà évoqué, et qui supposent que la rédaction soit déjà très avancée ou même terminée.

A propos de l'auteur

Lecrivaine

Merci de laisser votre commentaire...